Over foodprintA propos de foodprint

Het culinaire jaarboek in woord en beeld.Annuaire de la gastronomie en mots & images

Foodprint1617 est une publication de mjPublishing, d’après une idée de Jozef Govaerts et Marina Stoop

Comité de rédaction:

Katia Belloy, Joachim Boudens, Gerrit Budts,, Peyo Lissarrague, Joris Luyten en Marina Stoop

Coordination générale de la photographie: Joris Luyten

Articles rédactionnels:

Jan Beernaert, Katia Belloy, Hans Bombeke, Joachim Boudens, Gerrit Budts, Jan Buytaert, Etienne Cocquyt, Dries Corneillie, Peter Coucquyt, Guido Devillé, Christian de Winter, Guido Francque, Herman Konings, Yuri Lamers, José Lemahieu, Nicole Lemaire, Peyo Lissarrague, Joris Luyten, Kelle Moreau, Thierry Neyens, Yvan Roque, Evelien Rutten, Philippe Simonart, Marina Stoop, Danny Van Assche, Gido Van Imschoot, Ann Vanlerberghe, Geert Vancaillie et Carine Vos

C’était un temps déraisonnable, on avait mis les morts à table, on prenait les loups pour des chiens… » Cette année 2016, qui a commencé sous les bombes et qui s’achève dans les éructations d’un futur président américain en roue libre, nous laisse à tous comme un goût amer dans la bouche. Soixante ans plus tard, les mots de Louis Aragon ont des allures prophétiques.

Passée la stupeur des attentats de Bruxelles, la Belgique a vécu une année de somnambule. Un K.O. debout qui a laissé quelques traces dans la capitale. Bien sûr la vie a rapidement repris ses droits, sur l’air d’une belgitude joyeuse jamais tout à fait éteinte. Mais une page s’est tournée.

Et puis le chapelet des disparus a complété le tableau. Bowie, Lenny, Prince, Leonard Cohen, George Michael, pour n’en citer que quelques-uns. Comme une modulation mineure qui s’éternise. La rédaction de Foodprint a compté une larme de plus à cette litanie de chagrins. Jozef Govaerts, l’âme de notre magazine, celui qui lui a fait voir le jour, avec Marina Stoop et Joris Luyten, et parti sans attendre l’arrivée du printemps.

Orphelins que nous sommes de sa gourmandise inaltérable, nous avons choisi de continuer l’aventure. Parce que l’envie ne meurt jamais. Alors qu’aujourd’hui, tout pourrait nous diviser, que la défiance et la peur pourraient nous couper l’appétit, nous voulons redire le besoin que nous avons de nous retrouver autour d’une table commune, où les agapes se déroulent dans toutes les langues et où le partage n’a pas de frontières.

En couverture de cette édition pleine des lumières d’espoir qui feront de 2017 – forcément – un avenir meilleur, une femme d’exception : Sarah Lemke, à elle seule un double symbole. Celui d’une immigrante, venue non pas voler le pain des Belges, mais leur en donner du meilleur, et celui d’une combattante malgré elle, un contrepoison à la malbouffe. Parce que la seule bataille que nous devons livrer, c’est celle qui nous oppose chaque jour un peu plus à une industrie agro-alimentaire visiblement décidée à tout sacrifier sur l’autel du profit.

Manger et boire, comme une résistance à ceux qui nous séparent, aux folies du food business, aux ombres qui nous guettent. Manger et boire, envers et contre tout.

Peyo Lissarrague

NieuwsNouvelles